Sensibiliser et lutter contre le harcèlement entre jeunes avec BALE

Depuis 2016, l’asbl Bienveillance à l’école (BALE) s’engage dans les écoles aux côtés des équipes pédagogiques, pour contribuer au bien être, à l’épanouissement et au développement des compétences humaines et cognitives des acteurs de l’école, lutter contre les phénomènes de violence, de harcèlement, de décrochage ou d’inégalités scolaires, pour finalement aider à forger une société apaisée, inclusive, égalitaire, bienveillante et solidaire.

Depuis la fin du mois de mai, BALE propose un webinaire sur le harcèlement scolaire. Nous avons rencontré Laure Mesnil, directrice de BALE et maître d’œuvre du projet.

 

1/ Bonjour Laure ! Depuis quelques semaines, vous proposez, en partenariat avec la Fédération Wallonie-Bruxelles, un webinaire de sensibilisation et d’information intitulé « Le harcèlement entre jeunes, les clés pour comprendre et agir ». En quoi consiste-t-il et à qui s’adresse-t-il ?

Bonjour ! La Fédération Wallonie Bruxelles a mandaté BALE pour réaliser un webinaire destiné à sensibiliser et outiller les directions et pouvoirs organisateurs, sur la question du harcèlement entre jeunes. Ce webinaire est composé de deux parties :

Premièrement, des vidéos pré-enregistrées abordent la matière par grandes questions : Qu’est-ce que le harcèlement ? Pourquoi les victimes en parlent-elles si rarement aux adultes ? Comment travailler avec les victimes, les témoins et les auteurs de harcèlement ? Quels sont les outils de prévention et d’intervention et les conditions de réussite ? Les intervenants sont des experts académiques (Benoît Galand, Sophie Maes, Philippe Meirieu, Eric Debarbieux), de jeunes victimes, des parents, des directions d’école, des enseignants.

S’ensuit une série de visioconférences au cours desquelles les participants ont la possibilité de poser leurs questions ou demander une aide au diagnostic, à la conception ou à la mise en œuvre d’un programme de lutte contre le harcèlement dans leur école.

 

2/ Ce partenariat avec la Fédération Wallonie-Bruxelles est une belle reconnaissance pour BALE ! Comment se déroule une collaboration comme celle-là ? Quels conseils donneriez-vous pour un partenariat réussi avec une telle institution ? 

Si nous avons apprécié à sa mesure cette reconnaissance de notre travail, nous y avons d’abord vu une belle possibilité d’aider, de sensibiliser et d’outiller un maximum d’écoles à lutter contre ce phénomène grave et très répandu. 

La collaboration avec la FWB est intéressante et fructueuse, mais pas toujours simple. Les contraintes des processus décisionnels du politique et bureaucratiques d’une administration, les différences de logiques d’action, de rythmes et délais ne sont pas toujours confortables pour une asbl. Si la vision de BALE est celle d’une mission de service public [« Un projet pour l’école, une vision de société » est le slogan de l’asbl, NDLR], il n’en demeure pas moins que, comme toute entreprise indépendante ou personne, l’asbl doit pouvoir anticiper, tenir son agenda, organiser le travail de ses équipes, gérer ses finances à l’équilibre. La compatibilité n’est pas toujours évidente. En résumé, nous nous sommes montrés à la fois souples pour satisfaire au mieux les demandes et clairs quant au respect de nos prérogatives et de notre travail.

 

3/ Le programme BALE œuvre à améliorer le climat scolaire pour créer les conditions les plus favorables à l’accomplissement des missions de l’école. Que proposez-vous concrètement dans les écoles ?

Nous établissons d’abord avec les équipes pédagogiques un diagnostic solide des difficultés, des besoins, des ressources en temps et en personnel, des projets déjà menés dans l’école. Ensuite, nous proposons un programme adapté (amélioration du climat scolaire, lutte contre le harcèlement, école bienveillante et citoyenne, lutte contre le décrochage scolaire, pédagogies actives), qui tienne compte des réalités et de la culture de l’école.

Nos programmes répondent à 4 caractéristiques :

  • Ils sont systémiques, c’est-à-dire que nous travaillons avec l’ensemble des acteurs de l’école (équipe pédagogique, jeunes, parents, et partenaires) et que nous cherchons à développer chez les élèves et les équipes éducatives des compétences globales (savoirs, savoir-être, savoir-faire, savoir-transmettre, faire-savoir… et surtout savoir les mobiliser de manière pertinente et les combiner).
  • Ils sont inscrits dans la durée puisque nous mettons en œuvre nos programmes pendant minimum 2 ans dans une école. Il ne suffit pas de donner une bonne formation à une équipe pour qu’un changement structurel se produise ; ce sont la pratique de terrain et l’accompagnement qui permettent de tirer un réel profit d’une formation et d’un programme, et d’implémenter les outils dans la durée.
  • Nos programmes ne sont pas “clé sur porte”, ils sont inscrits dans la vie de l’école, en fonction de ses besoins, de ses ressources et des dispositifs existants.
  • Enfin, ils sont conçus comme une recherche-action : les programmes font l’objet d’un processus d’évaluation et d’analyse systématique. Pour prendre en compte toutes les dimensions du projet, nous évaluons également son impact à 3 ans.

 

4/ Depuis votre création en 2016, quels sont les changements que vous avez pu observer dans les écoles avec lesquelles vous coopérez ? 

Dans les rapports remis aux écoles, nous constatons une évolution de plusieurs facteurs du climat scolaire : amélioration de la collaboration au sein de l’équipe pédagogique, diminution de la victimation, amélioration des inter-relations, développement des compétences psychosociales des jeunes, baisse du nombre de conflits, amélioration des capacités de concentration et d’apprentissage des élèves…

Il nous semble particulièrement significatif le fait que bien que nous n’ayons pas pu trouver le temps de la communication (notre site internet date d’il y a 5 ans, nous ne sommes plus actifs sur les réseaux sociaux depuis 2 ans…), nous recevons de plus en plus de demandes d’écoles (près d’une centaine pour l’année scolaire 2021-2022), uniquement par la grâce du bouche à oreille et la satisfaction des équipes que nous avons accompagnées ! Tout cela est très encourageant et stimulant.

 

Merci beaucoup Laure ! En tant que décideurs d’école ou de PO, vous pouvez encore participer à l’un des webinaires proposés. Retrouvez toutes les informations dans la circulaire 8586.

Intéressé par le programme BALE dans votre école ? N’hésitez pas à contactez Laure Mesnil lm@bienveillance-ecole.be pour tout complément d’information.

Partager cet article

Share on facebook
Share on twitter
Share on linkedin

Articles qui pourraient vous intéresser